Yule - Lait doré

décembre 20, 2017 Lisbeth Nemandi 7 Comments


Il fait de plus en plus sombre, la lumière et la chaleur semblent plus lointains que jamais et pourtant... Regardez autour de vous, les lumières de Yule, les sourires sur les visages de votre entourage, l'impatience joyeuse des enfants. C'est toutes ces petites choses qui permettent de garder la lumière en vous, afin de traverser les heures sombres de l'année. Je vous propose deux recettes afin de faire le plein de lumière et chaleur. La première recette le lait doré, est faite pour laisser derrière soi les tracas et les peurs de l'année qui vient de s'écouler et rassembler toute sa force solaire pour avoir une année pleine de bonheur devant soi. 

 Lait doré 

Les ingrédients magiques
Curcuma & Sirop d'Érable

Matériel magique : 
• 1 bougie orange 
• 1 bougie violette 

 Pâte de curcuma 
• 2 cuillères à soupe de curcuma en poudre 
• 1/2 cuillère à café de poivre 
• de l'eau filtrée 

 La pâte de curcuma, super facile à faire, se conserve au frigo dans un récipient en verre, pendant une dizaine de jours. C'est important de le faire dans un pot en verre pour le pigment :) 

Rassemblez les ingrédients et ustensiles devant vous. Prenez une grande inspiration et allumez la bougie violette, en murmurant pour vous : "Que le soleil me donne clarté et perspicacité dans ma pratique, qu'il bénisse cette nouvelle année et me permette d'être chaque jour plus proche de qui je suis, libéré de tous liens et apaisé." Laissez la se consumer entièrement et tranquillement. 

Mélangez doucement la poudre et le poivre juste moulu dans le pot, en pensant à tout ce que vous voulez accomplir et vivre pendant cette année pour charger le mélange. Prenez ensuite l'eau filtrée et ajoutez la petit à petit: on n'arrose pas une plante en la noyant, alors remuez doucement au fur et à mesure, pour laisser vos aspirations prendre des forces et grandir. 

On peut intégrer la pâte de curcuma (demie cuillère) aux salades, vinaigrettes, riz, pâtes, smoothies, soupe ou lait doré. 

Lait doré 
• 1 tasse de lait d'amande 
• 1/4 de cuillère à café pâte de curcuma ou plus 
• 1 morceau de gingembre frais 
• 1 cuillère à café de sirop d'érable 

 Allumez la bougie orange et gardez la proche de vous, qu'elle vous entoure de sa magie pendant que vous cuisinez. Laissez la se consumer entièrement et tranquillement.

Dans une casserole, mettez le lait d'amande sur feu moyen. Pendant ce temps, râpez un petit morceau de gingembre frais.

Lorsque ça commence à être assez chaud pour vous, éteignez le feu et mettez le gingembre dans une casserole, la pâte de curcuma dans la quantité indiquée (ou plus si vous vous sentez d'humeur aventurière), ainsi qu'une cuillère de sirop d'érable pour que l'année vous soit aussi douce que riche en joies. 

Je m'appuie souvent en cuisine magique sur La Cuisine Wiccane de Scott Cunningham, aux éditions Danaé, c'est pourquoi j'ai recopié pour vous les informations sur le curcuma que j'y ai trouvé. Il y est dit qu'on ajoute le curcuma aux plats salés mais il n'est pas écrit explicitement qu'on ne peut pas en mettre dans le sucré, comme c'est le cas dans cette recette.


Je vous retrouve début février pour de nouveau articles, 
c'est le temps des vacances pour moi ;)


7 commentaires:

AskToLisbeth #2
Vos questions sur ma pratique & le blog

décembre 16, 2017 Lisbeth Nemandi 11 Comments

Je suis heureuse de vous retrouver pour la suite de cet article ! Il y aura pour le moment en tout cas 4 articles, mais vu le succès de cette opération je la renouvellerai peut-être plus tard si ça vous tente, qu'en pensez-vous? 

Quel matériel de départ tu conseillerais ? Qu'est-ce que toi tu avais au départ ?
J'ai commencé avec MON SLIP YEAH. Plus sérieusement, au départ je faisais parti de la team sorcière fauchée. Mes principaux outils étaient d'origine naturelle et trouvés, ainsi qu'un carnet à spirale et une coquille d'ormeaux pour l'encens. Lorsque j'ai commencé à réellement m'investir et sentir que j'étais sur la bonne voie, j'ai passé une commande dans une super boutique en ligne appelée La Coupe des Fées (si jamais vous commandez chez eux suite à cet article, n'hésitez pas à leur envoyer le lien de mon blog et leur dire que c'est là que vous en avez entendu parler, je suis sûre que ça leur fera plaisir). J'ai acheté une bolline pliable, un énorme chaudron, un bougeoir et un bracelet composé de pentagrammes que je démonte au fur et à mesure que j'en ai besoin pour les mettre en pendentifs sur mes sachets ou dans mes rituels, une nappe de rituel et quelques bougies. Voici exactement les éléments avec lesquels j'ai commencé !


Le balai, la baguette, les livres, le scriban, les livres des ombres et tout le reste sont arrivés bien plus tard et heureusement parce que sinon j'aurais sans doute acheté tout un tas de choses dont je n'ai pas besoin. C'est pourquoi mon premier conseil serait de ne pas vous précipiter en ligne ou dans une boutique. Le seul objet qui me semble indispensable pour commencer c'est un carnet. Lorsque vous débutez, prenez votre carnet et posez-vous les questions suivantes : Qu'est-ce qui fait que j'ai envie de me mettre à pratiquer? Quels sont les domaines qui m'attirent? Listez-les par ordre d'importance pour vous et écrivez en dessous quels sont les outils que vous pensez utiles pour vous y mettre. Baladez-vous sur internet afin de voir si vous n'en avez pas oublié ou surestimer l'importance de certains. Choisissez une discipline à travailler pour une période (le mois/cycle lunaire suivant, je vous conseille de ne pas surestimer votre constance sur une longue durée, ça mine le moral. On n'est pas tous fait pour faire des marathons, certains sont meilleurs sprinters) et commencez par acheter les outils qui vous semblent indispensables. Petit à petit, vous allez voir ce qui vous plait, ou ne vous plait pas.

Ne sous-estimez pas le pouvoir du fait-main, et encore plus si c'est vous qui le confectionnez. Certains éléments vous demanderont énormément de temps, en fonction de votre exigence. Par exemple, depuis août j'ai décidé de tester la fabrication d'encre à base de baies de sureau. J'en ai donc planté, en glissant une pierre marquée de mon sigil personnel sous les racines afin qu'elles s'en nourrissent. Dans un ou deux ans, le pied sera assez grand pour que je puisse prendre les baies et commencer à faire mes expériences. La sorcellerie demande de la patience et de la minutie.


Faut-t-il déjà avoir un don particulier pour se lancer dans la sorcellerie (rituels) ou n'importe qui peut apprendre ?
Oui, il faut un certificat généalogique écrit avec le sang de tes ancêtres sur au moins 5 générations ^^ Trêves de plaisanteries, bien évidemment tout le monde peut pratiquer la sorcellerie si on s'en donne les moyens. Si c'est juste pour prendre des photos sur Instagram, commander 3495 objets juste parce que c'est cool en fond et les laisser prendre la poussière derrière, vous vous essoufflerez vite.

Prenez votre temps, lisez tout un tas de livres et de sources. Faites-le pour vous avant tout. Il y aura des lectures qui vous plairont, d'autres moins, mais chacune vous aidera à aiguiser vos décisions et vos domaines.

Cependant, ne mettez pas des années à vous lancer et pratiquer. Ne commencez peut-être pas par un rituel trop complexe et coûteux en matériel, il y a des éléments simples tels que des prières, des tirages de cartes ou de runes, des offrandes à faire, colorier un mandala en méditant qui seront bien pour commencer. Comme le dit Ava Lönn « fais toi confiance, écoute ton instinct ! Si tu as l’impression qu’il faut faire d’une manière fais-le, c’est ton chemin, ta pratique pas celle des autres. Même si tu n’as jamais vu ou lu ça ailleurs, fais-le. Essaye. »

Que penses-tu des gens qui se lancent dans la pratique s’étant peu renseigné ? Quels risques à bricoler les énergies à tout va ?
Honnêtement, qu'ils fassent les zouaves, qu'est-ce que ça changerait pour moi? Oui c'est égoïste comme réflexion, mais chacun est libre de faire ses choix et en assumera les conséquences. Je crois au libre arbitre, donc je ne me vois pas "interdire" quoi que ce soit. Cependant, je peux à la limite vous prévenir un peu : méditer sans s'être ancré correctement, ça peut avoir des sacrées répercutions, avec ou sans psychotropes. Alors commencer à faire le zoulou cul nu en invoquant je ne sais pas quoi n'importe comment et allons-y gaiement après avoir bu de l'alcool par exemple, c'est vous qui voyez mais personnellement je ne serais pas super emballée.

Cependant, soulignons le fait que certains font de la magie de façon instinctive qui me semble plutôt saine : on peut faire un rituel, le coeur plein de bonnes intentions, au feeling. La magie primitive par exemple ne demande pas de potasser une dizaine de livres. Le plus important je dirais, c'est de ne pas faire quelque chose qui nous fait peur ou qui ne nous parle pas. La peur peut avoir des répercutions sur notre pratique, c'est une réaction humaine, un message de notre inconscient, pourquoi ne pas l'écouter? Avoir les chocottes à l'idée de parler aux morts ou de communiquer avec des entités, ça n'a rien de honteux. Si votre corps vous dit "non", mais que vous sentez qu'il faut que vous passiez outre, attendez et réfléchissez à pourquoi vous avez peur. Avez-vous peur de ce que les morts pourraient vous dire, parce qu'il y a des choses que vous avez enfouis et qui vous pèsent, que vous ne vous sentez pas prêts à affronter? Est-ce que vous avez peur de dialoguer avec quelqu'un qui n'est pas celui qu'il dit être? Ne faites que ce pour quoi vous vous sentez prêts :) 

Quelles recommandations pourrais-tu donner aux novices qui rencontrent des personnes plus expérimentées?
FUYEZ PAUVRES FOUS ! Plus sérieusement, ne vous laissez pas impressionner, ne buvez pas leurs dires comme s'il s'agissait de vérités immuables. Soyez toujours l'acteur de votre pratique. Questionnez-vous en premier, avant de courir demander l'avis de quelqu'un. Certains m'hérissent le poil parmi les novices, en voulant des réponses tout de suite et sans une once de réflexion (et souvent accompagné d'une absence de politesse qui plus est...): "je veux un rituel pour me protéger" Trois minutes plus tard "ok mais je prends quoi comme couleur de bougie c'est pas dit" Cinq minutes plus tard "je le fais dans mon salon ou dans le jardin?" Sept minutes plus tard "je dis les paroles à haute voix ou dans ma tête?" Dix minutes plus tard, il n'y a plus personne car je l'ai enterré au fond du jardin face à la lune :p (en réalité je masque juste le post, ça m'évite de m'énerver, j'ai les nerfs sensibles -pour de vrai en plus, j'suis une fragile). 

Souvenez-vous qu'il fut un temps, on n'avait pas les groupes facebook, pas de blogs, pas de vente en ligne, peu d'ouvrages et pourtant la sorcellerie n'a pas attendu AOL hein (le premier qui me demande ce que c'est et me fait passer pour une vieille, je lui fais manger mon chaudron). Échanger c'est bien, laisser les autres vous dicter votre conduite ou pire abuser de vous ou de votre argent, ça c'est NEIN


Suis-tu ton instinct ou t'inspires-tu d'autres sorcières pour ta pratique?
Un mélange des deux: je suis une tête de mule (j'y travaille, j'vous jure) et penser par moi-même est une chose importante. C'est ce qui m'a permis de m'en sortir dans pleins de situations ou même d'esquiver des embrouilles. Je suis aussi fière et droite qu'une Bouddica/Boadicée, je ne baisse jamais les armes quand il faut aller au conflit si celui-ci en vaux la peine, écoutant mon coeur et assumant mes choix. En vieillissant (sort sa pipe et ses petites lunettes avant de se mettre devant le feu de cheminée un plaid sur les genoux) cependant, j'ai appris à mieux écouter les autres, au lieu de les rejeter en bloc. Ça m'a permis de me coucher bien moins con, si je puis me permettre.

Beaucoup de sorcières m'inspirent, notamment Lyra CeoltoirMolly Roberts et bien d'autres. J'ai remarqué que j'ai plus tendance à suivre des femmes, mais peut-être est-ce simplement parce qu'elles sont plus nombreuses, qui sait. Chacune des personnes que je suis m'aide à avancer et à étoffer ma pratique, étirant le champ des possibilités. Aujourd'hui c'est aussi grâce à ces gens que je me sens libre, forte et colorée dans ma pratique.


La suite samedi prochain à 10h ! 

11 commentaires:

Décision & Mise au point

décembre 09, 2017 Lisbeth Nemandi 7 Comments



J'ai pris la décision après un temps de réflexion de ne plus indiquer quelles sont les particularités et les principes des éléments que j'indique dans les rituels que je vous partage. Et ce pour plusieurs raisons. 
Photo par Staiki_sop

Lorsque je crée un sortilège ou un rituel, en général je suis le même processus: je pars d'un besoin ou d'une idée, je fais des recherches, l'écrit et médite dessus, y reviens plusieurs fois, estime le temps qu'il me faudra pour rassembler les éléments. Parfois je vous partage certains sortilèges ou rituels, en retirant certains détails qui me sont personnels, une fois que j'en suis entièrement satisfaite. Normalement, vous avez tout ce dont vous aurez besoin pour vos sorts, en supposant que vous avez des connaissances de base en sorcellerie. 

Si vous êtes ici, que vous me lisez, vous pouvez vous balader sur mon blog pour évaluer votre degré de confiance en mes propos. J'ai une vision qui m'est propre de la vie, mais aussi de la magie, un "style signature", c'est ma sensibilité qui vous parle. Vous serez peut-être parfois en désaccord avec moi, ce qui peut être une bonne occasion d'échanger. Vous avez comme moi votre libre arbitre, je pèse mes mots lorsqu'ils apparaissent ici. Si vraiment vous vous sentez perdus, ou qu'un élément vous interpelle, vous pouvez toujours effectuer des recherches, il existe sur internet énormément d'articles sur les correspondances. Vous pouvez aussi me poser la question, après tout ce blog c'est aussi un lieu d'échanges et je suis toujours ravie de discuter avec vous.

C'est beaucoup de travail de créer des sorts et rituels, et ça en est presque autant d'expliquer chaque élément, d'une part parce que ce sont des recherches sur la longueur et que parfois j'oublie quelques points, de l'autre il y a aussi une part d'intuition, entremêlée des connaissances que j'ai accumulée.

Dans mes livres des ombres, je n'écris pas toutes les correspondances à chaque fois et je doute que vous le fassiez aussi, à moins que vous ne soyez d'une méticulosité exemplaire. Au fur et à mesure que vous lirez, vous pourrez avoir certaines réflexions qui seront des indices pour comprendre ma logique. Mais cela prend du temps, il faut de la volonté pour lire à travers un sort ou plusieurs sorts d'une personne. Comprendre un sort et la personne qui l'a créé, commence par vous y investir réellement.

Ces questions, c'est aussi celles qu'on se pose en créant des sortilèges, vous commencez à vous mettre dans la peau de la sorcière qui a écrit ce sort. Utilisez votre empathie! C'est pour ça aussi que l'on n'est pas énormément à partager des rituels faits par nos soins complètement : vous avez accès à une part très humaine et sensible d'une personne. Vous commencez à comprendre quelqu'un d'autre en lisant son travail. Comment ont-ils présenté le sort? Est-ce dans un paragraphe? Pourquoi ont-ils énuméré les ingrédients qu'ils ont faits? Dans quel ordre l'ont-ils fait? Qu'est-ce qui manque au sort pour que vous atteigniez votre but avec ce type de sort? Y at-il une raison à cela? Le nombre d'ingrédients? Ce sort pourrait-il être travaillé différemment? Que ferait cette personne, en tant que sorcière, si elle avait besoin d'écrire ce sort pour l'utiliser dans un but différent?

De plus, je crois aux païens qui se trouvent sur la toile. Je ne pense pas que nous soyons des ânes paresseux, ou que nous aimions que l'on nous mâche le travail. Après tout, l'occultisme c'est l'ensemble des arts et sciences occultes touchant aux secrets de la nature, à ce qui est non visible. Ça veut quand même dire de base qu'il faut se retrousser les manches et se salir les mains. Je veux croire en notre bienveillance les uns envers les autres, aux faits que nous sommes ouverts d'esprits et débrouillards.

J'espère que ce billet sera clair, parce qu'il est écrit de façon assez impulsive, mais j'avais vraiment envie de faire sortir tout ça pour me libérer la tête. Au plaisir de vous retrouver samedi matin prochain pour un nouvel article !

7 commentaires:

Yule - Cidre chaud

décembre 09, 2017 Lisbeth Nemandi 13 Comments

C'est avec grand plaisir que je vous partage ce rituel de magie "domestique" (je n'ai pas trouvé mieux pour traduire Kitchen witch, cuisine wiccane me semble limitant et sorcellerie des campagnes trop large :p ). C'est mieux si il est fait à plusieurs, que ça soit en famille ou entre amis, le plus important c'est que ça soit des personnes en qui vous avez confiance et que vous aimez. Cet article est l'un des deux articles que j'ai écris pour le prochain numéro de la Lune Bleue, magazine en ligne païen francophone. Merci à Sólríka pour m'avoir contactée et offert l'opportunité de participer au numéro n°23 - Yule 2017 dont la sortie est prévue pour le 17 décembre. 

Cidre Chaud

Les ingrédients magiques
Orange & Clous de girofle
Clou de girofle 
Syzygium aromaticum 
Planète: Jupiter
Élément: Feu
Énergies: Protection, Amour, Argent
Orange 
Citrus sinensis 
Planète: Soleil 
Élément: Feu
Énergies: Purification, Amour

Matériel magique :
• 1 bougie rouge 
• 1 bougie verte 
• 1 bougie marron
• 1 calcite claire 
• 1 pochette brodée (Vous pouvez si vous le souhaitez prendre une pochette pour protéger votre calcite, choisissez une couleur qui vous correspond et vous pouvez y broder votre sigil ou une rune qui vous parle. La pochette est en option, certains préfèrent porter la pierre contre la peau directement, il faut faire en fonction de ce que vous ressentez. ) 

La recette est pour 3/4 verres, mais on a un bon levé de coude par chez moi, alors je ne sais pas si c'est exact comme mesure :p

Ingrédients : 
• 75 cl de cidre brut ou doux
• 1 orange non traitée
• 1 citron non traité
• 2 cuillères à soupe de sucre roux
• 1 bâton de cannelle
• 2 clous de girofle
• 1 pointe d'anis étoilé
• 1 cuillère à café de sirop d'agave
• 1 pomme

Faites chauffer le cidre dans une casserole, il ne faut pas le mettre trop fort afin de ne pas faire bouillir trop vite. Pendant ce temps, pensez aux moments que vous avez vécu cette année, les évènements qui vous ont rapprochés des gens que vous aimez, des personnes que vous avez rencontrées et qui vous ont permises d'évoluer, ceux que vous avez laissés derrière vous et pourquoi, ce que ça vous a appris sur vous et sur les autres.

À l'aide d'un couteau bien aiguisé, râpez en lamelles la surface colorée des écorces de l'orange et du citron (éviter de râper la partie blanche qui apporte de l'amertume). Sur les morceaux d'écorces, vous pouvez graver des runes, pourquoi pas Uruz qui donne la force, la détermination et le courage de créer ou d'entreprendre, de dépasser ses limites, assumer avec joie de nouvelles responsabilités. C'est une force positive à utiliser pour la guérison. Elle aide aussi à se connaître et se comprendre. Coupez l'orange en tranches et réservez là, elle ne va pas tarder à être utilisée.

Quand le cidre commence à frémir, ajoutez les épices, le sucre, les tranches d'orange, quelques gouttes de citron et les lamelles de zeste. Couvrez et laissez infuser 10 min à petite ébullition. Pendant ce temps, coupez des tranches de pomme dont vous pouvez couper le centre en forme d'étoile ou laisser celle naturellement dessinée par les pépins. Gardez-les de côté. Filtrez et une fois le cidre un peu refroidi, ajoutez un peu de sirop d'agave si vous le souhaitez.

Peu de temps avant de servir, vous allez allumer les bougies: prenez la première (l'ordre n'a pas d'importance) et posez la sur votre coeur le temps de 3 lentes respirations. Allumez la et déposez la au centre de la table. Faites de même avec les deux suivantes de sorte à former un triangle avec les trois bougies allumées. Prenez la calcite et posez la sur votre front pendant 3 lentes respirations, les yeux fermés. Posez la sur vos lèvres avant de la déposer au centre des bougies. Vous pouvez ajouter des bâtons de cannelle et de la décoration si vous le souhaitez.

Invitez vos amis à venir autour de la table, et servez le cidre chaud dans de larges tasses dans lesquelles vous déposez les tranches de pommes. Si vos tasses sont trop étroites, posez tout simplement les tranches au-dessus ! Évoquez des sujets positifs, des bons moments que vous avez vécus ou que vous prévoyez de vivre dans un avenir proche. Chérissez le lien qui vous unis et profitez de l'instant.

Laissez les bougies se consommer jusqu'au bout avant de récupérer la pierre et de la mettre dans votre sachet. Vous pouvez le garder avec vous constamment, ou alors la prendre seulement quand vous avez un coup de mou ou une épreuve à surmonter. Les Dieux ne mettent sur votre route que les épreuves qu'ils vous savent assez fort pour traverser, alors levez la tête dans l'adversité!


13 commentaires:

AskToLisbeth #1
Vos questions sur ma pratique & le blog

décembre 02, 2017 Lisbeth Nemandi 20 Comments

Ça a failli être l'article à rallonge de la mort, j'ai cru devoir appeler le Guiness Book (pourquoi il a le nom d'une bière d'ailleurs, ce livre? Peut-être parce qu'à partir d'une certaine quantité on devient assez créatif pour inventer des records assez saugrenus pour être dans un livre? Qui sait...). Prenez une petite tisane et installez vous confortablement. Il y a quelques temps sur Facebook et Instagram, je vous proposais de me poser vos questions concernant ma pratique ou le blog. J'avais un peu peur de me retrouver comme une adolescente organisant une boom où personne ne vient... autant vous dire que vous avez été plus que rassurants et que vous avez pour beaucoup répondu présents. Merci beaucoup ! Je vous propose d'attaquer directement, bonne lecture et n'hésitez pas à me faire part de vos retours en commentaires. 

Comment as-tu "débuté" ?
À vrai dire, ce fut un chemin complètement hasardeux ! Comme pour beaucoup, je suis de la génération W.I.T.C.H Mag, Sabrina l'apprentie Sorcière, Harry Potter, Charmed et étant d'un naturel rêveur et enthousiaste j'ai sauté là-dessus petite. Il y avait de petits "sorts" mignons dans les W.I.T.C.H Mag, comme méditer contre un arbre pour se ressourcer et le remercier, être attentifs aux mouvements de la lune, fabriquer de l'encre etc. Ça a tout de suite parlé à mon côté sensible et artistique. Je devais avoir 7/8 ans et habitée par cette envie d'être et d'en savoir "plus", qu'il y a un champ de possibles incroyable.

Et puis on grandit, j'ai tout laissé en plan pour être "adulte". Ça ne m'a pas empêché d'être magicienne dans la plupart des jeux vidéos auxquels j'ai joué (WoW, Dragon Age et Fable, coeur coeur sur vous), de lire du fantastique et de l'héroïque fantaisy au point d'être toujours un pied dans un rêve, mais assez loin de toute notion de spiritualité (à part la phase de questionnement où je voulais devenir bonne soeur: l'idée de vivre chichement, dans la dévotion et le don de soi me plaisait, mais je suis trop curieuse et hyperactive, je suis sûre que les soeurs m'auraient plantée avec les carottes, une motte de terre dans la bouche pour me faire taire). J'étais une adolescente dure, perdue. La seule chose qui me reliait à cette petite fille pleine d'espoirs et de rêves c'était mon côté drama-queen terriblement insupportable, j'avais tellement envie de me distinguer de cette foule que je considérais si durement sans saveurs !

Quelque chose manquait dans ma vie, vraiment. C'est un de mes anciens compagnons qui m'a rabiboché avec la spiritualité, qui m'a montré que l'on pouvait l'être de centaines de façons différentes et qu'on n'était pas obligé d'être une grenouille de bénitier qui sucre les fraises ou encore de dire Amen à tout juste parce que c'est dit au nom de Dieu. Je viens d'une famille d'athées, mais j'ai fait toute ma scolarité en enseignement privé catholique. J'ai refusé de faire ma communion et tout autre acte religieux (autant vous dire que ça en a courroucé plus d'une au collège) parce que je ne ressentais pas ce lien avec Dieu. Aussi parce que j'adorai tenir tête pour tout et n'importe quoi comme toute adolescente bornée.

La jolie Merida de Rebelle par Zeamay

La spiritualité a donc repris petit à petit sa place dans ma vie depuis 4 ans, mais je ne trouvais pas vraiment une philosophie qui me convenait. Si l'on m'empêche de penser par moi-même, je refuse. Si l'on demande à une partie de population à cause d'une caractéristique ou de son sexe de courber l'échine sous un prétexte vaseux, je refuse (l'injustice est quelque chose qui me rend furieuse, je suis incapable de rester passive, je bondis toujours comme un chat sauvage). Si on doit demander pardon pour être sur terre car nous ne sommes que de viles créatures, je refuse. La spiritualité n'est pas seulement lumière, elle a ses zones d'ombres, elle ne doit pas limiter qui on est ou freiner nos aspirations à la condition (pour moi)  elles suivent certains points : est-ce que je fais du mal aux autres en suivant cette voie? Si oui, est-ce que je peux l'éviter? Si ce n'est pas le cas, est-ce que c'est suffisamment important pour moi pour sacrifier une relation ou est-ce que la douleur/peur que les autres éprouveront serait due à une méconnaissance et s'estompera une fois qu'ils réaliseront que mes choix ne sont pas contre eux/dangereux, qu'ils sont vraiment bons pour moi? Il n'y a pas de raison de heurter les autres gratuitement.

La sorcellerie et le paganisme se sont présentés à moi plus tard. Non pas comme une illumination dans un faisceau lumineux descendant du ciel et des p'tits culs nus ailés qui jouent de la trompette, mais par petites touches discrètes. Est-ce que ça vous est déjà arrivé de sentir en vous comme un bras invisible se tendre vers quelqu'un ou quelque chose? L'écouter m'a permis de tomber sur des livres, qui m'ont donné envie de faire des recherches, de regarder ce qui se cache derrière mes racines bretonnes (les légendes arthuriennes mes amis, c'est quand même la folie), le folklore, les traditions, ces racines qui ne cherchent qu'à vibrer sous nos pieds et en nous. J'ai mis très longtemps à accepter le terme de sorcière, sans pour autant en chercher un pour me définir avant. Comme quoi, tout vient à point quand on écoute avec attention et patience.

D'où vient le nom Lisbeth Nemandi? Est-ce que c'est ton véritable nom de sorcière?
Alors non, ce n'est pas mon nom de pratiquante complet, ni celui que j'utilise en rituel, bien qu'il en contienne une partie : Lisbeth. Ce prénom n'était pas celui que j'aurais sans doute choisi, je voulais quelque chose de grand ou original, avant de me rappeler que je ne prenais pas un nom de personnage pour jouer à Dragon Age et que par conséquent, nul besoin d'en faire des caisses mais que voulez-vous, la petite sorcière en moi et la femme travaillant dans la communication et le marketing n'avait pas réfléchi plus loin que le bout de son nez au départ. Ce qui fait que mon nom de sorcière n'est venu qu'au bout d'un an de pratique, vu que je n'étais pas attentive.

Un jour lors d'un rituel, j'ai entendu qu'on m'appelait Lisbeth, et n'avais aucun doute que c'était à moi que l'on s'adressait. Du coup s'est resté, surtout qu'après avoir fait quelques recherches je l'ai trouvé parfait : Lisbeth vient de l’hébreu elischeba, « Dieu est mon serment ». Certes je ne suis pas de confession hébraïque, mais l'idée de mettre Dieu au centre de ma vie et faire taire l'ego m'a semblé très sain. J'utilise donc ce nom depuis un an environ, et mon conjoint m'a souligné il y peu le fait que Lisbeth, c'est aussi cette femme incroyable dans Millenium, ce qui m'a beaucoup plus !

Nemandi est pour le coup un pseudonyme : c'est de l'islandais et signifie étudiant, comme rappel qu'il existe toujours quelque chose à découvrir et qu'on ne sait jamais tout. Quant à mon véritable nom de sorcière, il est composé de Lisbeth, d'un second prénom et d'un nom "de famille" que je ne dévoile pas, c'est entre moi et les Dieux. 

Quelles ont été tes premières actions en tant que sorcière ?
En tant que sorcière consciente d'en être une, je dirais faire la paix avec moi-même. Ce n'est pas avec des rituels où autre que j'ai commencé, mais avec l'acceptation de qui je suis, de ma différence, de mes faiblesses, de mes points forts. Me regarder avec plus d'honnêteté. Le fait de se reconnecter avec un rythme naturel comme le cycle lunaire, les saisons, a été aussi un long processus qui m'a apaisé. La sorcellerie m'a aussi appris à écouter les autres, humains ou non: j'avais tellement peur qu'on ne me laisse pas me faire ma place dans le monde que je ne pensais pas aux besoins d'en faire pour les autres, on n'est pas aussi intelligent et évolué qu'on le croit à vingt ans, que voulez-vous !

La divination est le premier domaine que j'ai pratiqué dans le sens actif, d'abord sous forme primitive à l'aide de pierres tout simplement puis avec des tarots et oracles. Le Wild Unknown est le premier deck que j'ai acheté, malgré toutes les personnes qui me disaient de ne pas commencer par celui-ci. "Il est trop complexe pour débuter". "Il est en anglais alors parfois on perd un peu le sens". "Il casse parfois les codes au point où tu seras perdue". En bonne tête de brique, j'ai quand même suivi ce bras invisible, cet instinct primitif qui me disait "Non, c'est celui-ci. Ne laisse pas les autres te dire le contraire, ils ne sont pas toi". Et ce fut une révélation complète, une fusion intense au point où j'ai pleuré la première fois que je l'ai touché, avec une joie dans le coeur que je n'aurais imaginé. Il faut savoir que lorsqu'on achète ce deck, on reçoit une impression en grand format plié d'une des cartes, sans savoir laquelle c'est. J'ai eu les amoureux, une lame de confiance, d'honnêteté mais aussi de stabilité émotionnelle sans oublier le désir, la passion mais aussi la prudence. Mon premier tirage a été une croix celtique, j'ai mis 3h à écouter, griffonner, décrypter. Aucun regrets ne m'a jamais traversé l'esprit avec ce deck, vraiment.

Après j'ai fabriqué mon balai, faisant un pas de plus vers ma voie de sorcière, puis ma baguette s'est présentée, etc. Un mouvement à la fois. Mon tout premier rituel fut mon rituel pour officialiser mon statut de sorcière. Le second rituel avait pour but d'adoucir mes relations avec ma famille. Je fais aussi depuis longtemps des prières et des offrandes aux divinités qui me touchent, pour les remercier de leurs influences, des leçons qu'elles me permettent d'apprendre et de leurs murmures dans chacun de mes pas. Je suis très très proche de Brigid. 

As-tu fait un rituel particulier pour "officialiser" ton statut de sorcière?
Sans surprises ici, la réponse est oui ! J'ai fait ma première offrande, écrit mes voeux et bu un verre de Chouchen qui avait un goût incroyable pour célébrer l'instant et la promesse que je venais de me faire et de faire aux dieux. J'ai célébré mon engagement seule, le rose aux joues aussi bien grâce au Chouchen qu'à la joie procurée par l'évènement.


Comment maintenir une pratique régulière lorsqu'on vit dans une très grande ville et qu'on est coupé de la Nature ?
Cela va peut-être sembler idiot, mais je ne comprends pas en quoi cela pourrait être un problème? Il y a une citation qui dit que Dieu a érigé une église sous chaque pierre de ce monde. On peut pratiquer sans avoir d'autel, en habitant un 9m2 à Paris. Ça demande une autre organisation, mais tout est possible si on y croit et qu'on s'en donne les moyens (dans la limite du raisonnable, je ne parle pas de  se transformer en loup-garou hein). Dans les villes, vous trouverez tout un tas de plantes à identifier pour commencer et elles seront sacrément fortes pour réussir à pousser dans le béton et sous les pipis de nos amis à quatre pattes (parfois deux...). Dans une grande ville, voir même une très grande, vous aurez des magasins ésotériques plus accessibles, ce qui veut dire que vous pourrez manipuler des objets avant de les acheter, ressentir leur énergie et voir s'ils vous parlent vraiment contrairement à internet. Dans une grande ville, il y a plus de chance de trouver d'autres pratiquants si l'on souhaite échanger. Si on n'a pas de voiture, on peut toujours profiter des parcs et des espaces verts de la ville. Vivre dans une grande ville n'empêche pas de se créer un lieu chez soi où l'on se sent libre de pratiquer. 

La suite samedi prochain à 10h ! 



20 commentaires: