Avec Bibliomane,
la curiosité n'est pas un vilain défaut

mai 28, 2017 Lisbeth Nemandi 6 Comments


Je suis heureuse de partager avec vous deux des atlas des Éditions Bibliomane

Derrière ce superbe projet se cachent Édouard Boshi qui a fondé les Éditions Bibliomane en 2011, un passionné des choses du livre et de l’écriture. Mais aussi un tandem créatif né de la rencontre d’une passionnée d’Histoire de l’Art, Laurence Jean, et d’un designer/photographe féru de typographie, Laurent Bardet. 

J'avoue avoir complètement craqué sur la collection Nature ! Je vous transmets ici les mots que j'ai trouvés sur leur site : 

" Éditions Bibliomane a pris un soin tout particulier à reproduire en fac simile, le plus fidèlement possible, la collection Bibliothèque de poche du naturaliste des éditions Librairie des Sciences Naturelles Paul Klincksieck et de son successeur Léon Lhomme. Ses auteurs savaient parfaitement, dès la fin du XIXe siècle, vulgariser leur science, en parler dans les termes les plus simples et avec un style aujourd'hui suranné et enchanteur. Les merveilleuses illustrations en chromolithographie, technique très particulière et aujourd'hui disparue, qui agrémentent richement ces ouvrages naturalistes, n'ont rien à envier à la photographie couleur contemporaine." 


J'ai énormément apprécié le format (11 x 15,5 cm) : un peu plus grand que ma main, il est vraiment pratique, pas trop épais. Parfait pour les excursions et les vadrouilles du dimanche, ou plus ! Bon l'Atlas de poche des plantes des champs, des prairies et des bois est en 4 volumes d'environ 300 pages chacun, donc bon, on ne pourra peut-être pas tout emmener d'un coup, mais ils sont vraiment complets et sont déjà des concentrés d'informations très judicieux. Vous pouvez d'ailleurs depuis le site voir des extraits des ouvrages qui vous intéressent. De quoi saliver un peu. 

Les illustrations sont vraiment de précieux alliés lorsqu'il s'agit d'identifier une plante. Vraiment ! Mes voisins doivent me voir comme une espèce de petit gobelin courbé, vu que je passe mon temps accroupie, en train de marmonner un atlas dans une main et ma bolline dans l'autre. Le plus normal la dedans c'est mon chien qui me regarde d'un air patient, quel brave petite chose celui là. Keur sur son petit nez mignon. 

Ce que je reproche souvent à ce genre d'ouvrages, c'est que soit je les trouve incomplets, soit bien trop encombrants et lourds. C'est vraiment la meilleure option que j'ai trouvé, et sans avoir l'impression de sacrifier un critère qui m'est important. En plus la couverture est épaisse et de bonne facture, jusqu'ici elle résiste très bien à toutes mes attaques. 

Juste pour informations, Bibliomane ne m'a rien demandé, ne m'a même pas sonnée ou autre, c'est juste par pur plaisir de partage que je fais cet article, ça serait du gâchis de garder une si belle découverte pour moi ! ;)
 Lien Amazon


6 commentaires:

Dans mon jardin il y a...

mai 23, 2017 Lisbeth Nemandi 4 Comments


La main verte? Hahaha autant vous dire que c'était mal parti.

 
Daria Khoroshavina, grande prêtresse du cinémagraphe, je crie ton nom. 

Ma première mignonne ? Un cactus. Résultat ? Une mort lente et minable car trop d'eau. Mes parents, forts de mes performances et ayant une foi immense en moi m'ont offert un bonsaï ensuite. Bon autant vous dire que lui aussi, la mort l'a guetté très tôt. Moi qui suis très attachée au personnage de Poison Ivy, autant vous dire que de base je tiens plus de Poison que de Ivy... Le saviez-vous d'ailleurs qu'elle tient ce nom d'une plante? Le Sumac grimpant, Toxicodendron radicans -anciennement Rhus radicans-, aussi appelé herbe à puce, bois de chien, c'est une liane de la famille des Anacardiaceae, comme les anacardiers et les pistachiers. C'est une plante sauvage originaire d'Amérique du Nord, où elle est commune dans une grande partie des États-Unis et du Canada, d'Amérique du Sud et d'Asie tempérée. N'y toucher pas, petit conseil. Mais je m'égare.


Après un certain nombre de déceptions végétales, cette année c'est l'année de la réussite. Mon secret ? Leur foutre la paix ! Je me suis rendu compte que je passais trop de temps sur leur dos et qu'à la façon d'un ado en mal de liberté, elles se laissaient mourir, croulant sous un trop plein d'attention étouffante. Voici donc ce qui pousse actuellement sur mon balcon : 

- Une capucine d'un délicieux jaune orangé qui capture un peu de soleil dans ses jolis pétales.
- Une dizaine de pieds de poivrons. Pour l'histoire ce sont les graines d'un poivron acheté au marché bio et local l'été dernier, il était si bon que j'ai planté les graines (quasiment toute...) en me disant qu'il y en aurait peut-être une ou deux qui prendraient... Je me suis retrouvée avec une vingtaine de pieds. Dans le plus grand des calmes.
- Une sauge officinale toute froufroutante de plaisir malgré le temps humide de la région.
- Une jolie verveine citronnée un peu timide, mais ça vient peut-être aussi de son emplacement. Elle a peut etre un peu trop d'ombre, je ne sais pas. Elle se débrouille bien, mais ça reste timide.
Une petite oseille rouge qui est morte 2 fois mais qui est très patiente avec moi et tente un énième come back, en espérant cette fois m'en montrer digne :p
Une touffe de coriandre cette fois-ci Coriandre, je te promets d'être plus patiente et de ne pas te décimer alors que tu es encore toute petite. Je vais te laisser grandir en paix. Et te manger après.
Un basilic pourpre qui a faillit mourir de façon tragique, style Titanic. Je lui ai arrosé le museau et il avait un peu froid sur la terrasà l'intérieur devant la fenêtre (l'effet loupe n'a pas l'air de le déranger, au contraire) et il est donc arrosé avec précaution par le pied. Comme ça fait pour vivre dans la nature ce genre de plante ?
Des bébés salaaaaaades qui ont été planté n'importe comment par mes soins... Elles vont être bien trop nombreuses vu la taille du pot (mais j'avais peur de ne pas arriver à en faire pousser une alors j'ai mis plusieurs graines... Gaspillage...) Donc ça va être un peu folklo mais bon, on verra bien.

Et vous, qu'est ce qu'on trouve dans votre jardin/sur votre terrasse ? 


4 commentaires:

Billet improvisé pour repas improvisé

mai 21, 2017 Lisbeth Nemandi 0 Comments


Hier, autant vous dire que la journée n'avait pas bien commencé. J'espère que vous êtes prêts je vais vous raconter ma vie totalement banale. En face de chez moi il y a un hangar qui normalement est d'un calme plat pour mon plus grand plaisir, je n'habite pas le centre-ville justement pour ne pas subir tout un tas de nuisances (sonores pour la plupart). SAUF QUE, le propriétaire du dit hangar a décidé de fêter je ne sais quoi sur une ambiance mi-carnaval mi-salle des fêtes de camping avec des enceintes tout droit sorties des fesses d'un démon. J'insiste. J'ai tenté d'appeler la police (je laisse en général les gens faire la fête, comme je le disais mon quartier est calme, mais faire un peu la fête le week-end ça reste humain) pour leur demander de calmer un peu la troupe (je me voyais mal faire 500 mètres en pyjama pour demander à une soixantaine de personnes de se calmer sur Maitre Gims...) et je hurlais littéralement au téléphone, depuis mon lit avec fenêtre fermée pour me faire entendre. L'immeuble à 7 ans et toutes ses dents et est parfaitement isolé sur tous les aspects. Ils ne sont jamais venus et j'ai eu le droit à Sardou, Ritanodemesfesses, la danse des canards (5 FOIS) et tout ce qui va avec jusqu'à 3h du matin. BREF.

Moi qui voulais me coucher tôt (mamie Lisbeth à 22h au lit c'est son petit pêché mignon, comme ça je peux lire avec ma camomille et c'est la fête) je me suis retrouvée à dormir jusqu'à 11h, alors qu'en général je suis plus 6h30-7h parce que dormir jusqu'à 11h, c'est un peu foutre en l'air sa journée si vous voulez mon avis (et si vous êtes sur ce blog, c'est que je fais et dis ce que je veux de toute façon). Je me suis réveillée donc dans un état de lassitude et d'énervement assez improbable, me disant que de toute façon ma journée était partie d'un pied qui n'était même pas gauche tellement il était abjecte. J'aurais bien envoyé le chien se promener tout seul, pour vous dire. 

Timide et pourtant si intéressant livre en haut à gauche : « 250 remèdes naturels à faire soi-même » du Docteur Claudine Luu

Et puis au final, après avoir tempêté façon Capitaine Haddock en faisant mon ménage, un ami à moi est venu me rendre visite. Déjà, voir des gens qu'on apprécie beaucoup, ça donne un peu moins envie de faire la tronche. Il se trouve que cet hurluberlu de derrière les fagots me suis quasiment dans toutes mes idées, et il en a de beaucoup plus saugrenues que moi, ce qui fait de nous un duo de choc quand il s'agit de fabriquer n'importe quoi ou manger. On dit souvent que le cerveau émotionnel de l'être humain c'est le ventre, ne cherchez pas, chez moi c'est le cerveau tout court. 


Nous voilà donc parti d'une simple tisane de l'après-midi à l'élaboration d'un repas. Hurluberlu (oui ça lui va bien donc je vais continuer de l'appeler comme ça) et moi sommes sans chichi, on aime le partage, la simplicité et rire comme des gondoles de choses qui ne feraient sans doute rire personne d'autre. De fil en aiguille, la décision est prise : on veut manger avec les doigts et manger des orties. 
Voici donc les recettes très difficiles que nous avons faites hier soir, entre deux coups de langues sur les doigts et une balade de Floki (mon chien). 


  • Camembert dans sa miche de pain (2 à 4 personnes) 
- une boule de pain aux graines de préférence et/ou blé noir
- un camembert pas trop fait ou un coulommier
- du sirop d'agave, une cuillère ou plus
- une pincée de thym ou plus
- sel, poivre

Faire chauffer le four à 210°C (Thermostat 7), puis creuser la boule de pain (astuce du chef : poser le couvercle du fromage sur le pain pour vous guider) Une fois creusée, la mettre au four pendant 5min, avec le "couvercle" mie au-dessus pour qu'elle croustille. Une fois les 5minutes passées, sortir le pain du four pour le faire refroidir. Couper dans le sens de la largeur le fromage pour obtenir deux disques, en installer une partie dans la mie, ajouter dessus le sirop d'agave, le thym, le sel et le poivre. Vous pouvez en garder un peu pour mettre au-dessus ;) Mettre le deuxième disque par-dessus pour fermer et si vous avez gardé un peu d'assaisonnement c'est le moment de le mettre sur la croute.

On remet le tout au four 10 min, en gardant le couvercle de la miche de pain face mie au-dessus pour que ça croustille. Nous avons mangé ça à la main en arrachant les bords de la boule au fur et à mesure qu'on mangeait, après avoir fini de manger le couvercle ;) 


  • Soupe d'ortie (2 à 3 personnes ) 
- 120gr de pomme de terre
- 1 litre de bouillon de légumes
- 2 cuillères à soupe d'huile
- 1 gros oignon jaune ou blanc
- 3 bonnes poignées de têtes d'orties
- 1 cuillère (à soupe ou à café en fonction de la gourmandise) de crème fraiche épaisse par bol
- sel, poivre

Je vous conseille cet excellent article concernant la cueillette des orties.

Dans l'évier (ou dans une bassine) mettre les têtes d'orties dans l'eau fraiche avec du vinaigre afin de les nettoyer. Personnellement j'ai dû faire 3 bains en touillant un peu parce qu'il y avait pas mal de pucerons... Entre les bains, on peut s'occuper quand même ! Dans une grosse casserole mettre l'huile d'olive et l'oignon coupé finement, remuer pendant 2min à feu moyen. Ajouter ensuite le bouillon de légumes (ou pour les plus malins un cube de bouillon de légumes et un litre d'eau :p) et les pommes de terre coupées en cubes de l'épaisseur du pouce. Laisser cuire pendant environs 15minutes avec un couvercle. Si on a un blender, on met juste les orties comme ça par la suite et on remue pendant 1 ou 2 minutes avant de tout mixer plus ou moins finement. Si on n'en a pas, on met des gants et on coupe tout finement avant de mettre dans la soupe et on remue un peu plus longtemps. Une fois qu'on a tout bon, on goûte avant d'ajuster le sel et le poivre. Servir dans les bols, ajouter une cuillère (non pas une louche, je t'ai vu !)  de crème fraiche dans chacun et on sert ! j'avais des feuilles en trop alors j'en ai mis une petite dans chaque bol ;) 

J'avoue avoir un thermomix et avoir tout fait dedans.
Dites-moi si jamais vous avez testé une recette, ou tout simplement aimé cet article ! 
Je serai heureuse d'échanger avec vous :)


0 commentaires:

Etudes des écritures magiques I
Alphabet thébain

mai 03, 2017 Lisbeth Nemandi 2 Comments



Aujourd'hui je me lance dans un gros projet, qui est de retranscrire ici certaines de mes recherches concernant les alphabets dits magiques et leurs possibles origines. Je me dis d'une part que ça en intéressera peut-être certains, d'autre part qu'en cas d'erreur de ma part, je pourrais me coucher moins bête ;) Je ne prétend pas détenir aucune vérité sacrée et immuable, donc n'hésitez pas à faire des commentaires. 


[FR] Alphabet thébain
[EN] Theban Alphabet



Alphabet apparu au XVI siècle pour la première fois, c'est un système d'écriture dont les origines ne sont pas clairement tracées, certains ont émis l'hypothèse qu'il soit originaire de Thèbes, mais je n'ai trouvé que des sources un peu douteuses concernant cette information, donc je ne la mets ici qu'à titre informatif. Le plus ancien document écrit faisant mention de cet alphabet nous vient de la Polygraphie de Trithemius (j'ai trouvé deux dates pour cet ouvrage, 1518 et 1510 alors qui a raison ou pas, je n'étais pas présente pour en savoir plus). Pour information, Johannes Trithemius était un abbé bénédictin allemand célèbre pour ses découvertes en cryptologie, ses chroniques, mais aussi pour son attrait pour l'ésotérique. Il a été membre pendant ses études d'une confrérie celtique (Sodialitas celtica) mais suite à une tempête il se réfugie dans une abbaye et décide d'y rester. Il est fasciné par l'écriture et est très très productif : il écrit des ouvrages de théologie et des ouvrages historiques sur les membres éminents de son ordre, tout en se passionnant pour l'astrologie, la magie et les sciences hermétiques.

Étant donné qu'à l'époque les recherches sur la magie et l'ésotérisme, ça ne devait pas être très bien vu, ce cher Johannes se penche un peu plus sur la stéganographie (l'art de la dissimulation tiens tiens..). Sauf que cela attire un peu l'oeil sur ses réalisations, surtout ses signes étranges et certains lui demandent des comptes, l'accusant d'écrire un grimoire. Hélas, lors d'une de ses visites à un comte palatin du Rhin, ses moines qui en ont ras la casquette d'être pris pour des larbins saisissent l'occasion pour brûler l'ensemble de ses ouvrages contenant les symboles qu'ils prennent pour de la magie.

Comme ça ne sent pas le retour dans la joie, il décide de ne pas retourner au monastère, accepte l'offre d'un évêque (dont j'ai oublié le nom si jamais quelqu'un possède l'information) et devient abbé dans l'abbaye Saint-Jacques de Würzburgoù il mourra (j'ai raconté un peu de la fin de l'histoire, mais vous vous en doutiez qu'il allait mourir au bout d'un moment non ?). Il reprend ses travaux sur l'ésotérisme, mais avec un peu plus de prudence, curieusement. D'après quelques sources j'ai cru comprendre qu'il avait transmis aussi son savoir à quelques-uns. Il semblerait qu'il ait délaissé sa stéganographie pour rédiger Polygraphie, l'ayant pensé comme une sorte de suite ou le concentré de ses recherches. Il a un savoir immense, mais son appétit pour les mystères et le fantastique déconcerte : d'un côté, il est l'auteur d'ouvrages de piété, de théologie et d'histoire religieuse (ce qui l'a sans doute empêché de finir brûlé à l'époque ou autre, soyons clairs...), et, d'un autre côté, sa Stéganographie et ses autres ouvrages hermétiques lui donnent une réputation de magicien.

Il a réussi tout de même à écrire trois volumes de Steganographia (Stéganographie), où il semblerait (car je ne les ai pas lus hein) possible de trouver de fortes inspirations kabbalistes. Il y donne notamment des indications pour contacter les esprits sur de longues distances. Son troisième livre de la trilogie est le plus axé sur la magie, et surtout sur les anges, la façon de communiquer avec eux par exemple. Bien évidemment, il a crypté le plus gros du contenu... Je vous en mets ici une partie pour les joyeux lurons qui auraient envie de se faire mal au crâne :

Première clef : "le changement des voyelles avec les consonnes dans certains mots : A = b, E =c, etc/, de sorte que "Trdthcmc" = "Trithème". Deuxième clef : le premier mot et le dernier du message ne comptent pas, seuls interviennent les mots pairs, et dans chaque mot ne jouent que les lettres paires ; ainsi, le message "aceo atsrhiqt psalr chaetmce ulgp" devient "atsrhiqt psalr chaetmce", puis "atsrhiqt chaetmce", enfin "Tritheme"


Comme dit plus haut, il semblerait que notre cher ami ai pris quelques disciples, et on retrouve des traces de l'Alphabet thébain chez Heinrich Cornelius, un de ses élèves, qui l'a inclus dans son ouvrage La Philosophie de l'Occulte - De Occulta Philosophia.

L'alphabet Theban est aussi parfois appelé Runes (bien qu'il ne soit en rien de runique) d'Honorius du nom d'un mage appelé Honorius, il semblerait qu'il y ait une histoire de livre assermenté de Honorius, un grimoire médiéval sans doute écrit par Honorius de Thèbes, mais à ce jour rien n'est sûr. Quoi qu’il en soit, le livre est un concentré d’invocations visant à faire apparaitre des anges autant que des démons. Selon l’auteur, ils pourraient apporter à l’homme des connaissances inespérées sur le monde qui l’entoure. L'alphabet a été semble-t-il rapidement adopté par les Wicca et les adeptes de la magie moderne (on estime son départ dans les années soixante si je ne dis pas de bêtises), avec le temps les lettres manquantes J, U et W furent ajoutées et la stéganographie Theban est considérée comme un excellent moyen de cacher aux yeux des non avertis le contenu des grimoires et livres des ombres.

À la base je ne voulais écrire que quelques lignes, je crois qu'on peut appeler ça un échec. En espérant que ça vous passionnera autant que moi et que ça vous fera peut-être apprendre une ou deux choses au passage ! Je souhaitai faire l'étude de plusieurs alphabets si ça vous intéresse que je continue :)


2 commentaires: