Choisir, créer et utiliser
un alphabet magique

août 22, 2018 Lisbeth Nemandi 7 Comments



Suis-je la seule à guetter, fébrile, les prémices de l'automne ? Je tremble d'impatience, cherchant du regard la première feuille qui aura l'audace de brandir le doré annonciateur de cette douce saison. Quoi qu'il en soit, en ce moment la pluie s'invite pour donner un peu de répit à la Terre, laissant place à l'imagination et aux travaux d'intérieur, comme le Grimoire et autres carnets magiques. Si tu es chagrin car chez toi l'automne se fait désirer, je te propose de mettre en fond cette vidéo qui te mettra dans une ambiance cosy et quasi automnale. Tu es bien installé ? Alors commençons. Nous n'avons pas tous envie de voir mourir les petits curieux qui feuillettent dans notre dos notre Grimoire, comme dans le film Le Nom de la rose. Toutefois, beaucoup cherchent à cacher le contenu d'une autre façon : en créant ou en utilisant un système de cryptage, permettant ainsi aux yeux non avisés de se décourager. Mais comment s'y prend-on ? Est-ce vraiment bien utile ? Je te propose un article pour t'épauler dans cette démarche, au plaisir d'échanger avec toi suite à la lecture. 

 1 // Pourquoi ? 


C'est la première question à te poser, elle peut te sembler superflue ou logique, mais prends du temps pour elle. La raison pour laquelle tu cherches à cacher du contenu aux yeux du monde, peut être diamétralement opposée à celle de ton voisin. Est-ce que tu caches par pudeur, car tu déposes sur le papier une part de toi si intime que peu sont ceux qui y ont accès, que tu aurais l'impression d'être mis à nu au milieu de la foule si quelqu'un y posait les yeux ? Certains en utilisent aussi car leurs écrits ne sont pas à mettre dans toutes les mains, sous peine de complications pour le curieux insouciant. Pour d'autre encore, il s'agit d'un choix esthétique. Est-ce que certains ont plus raison que d'autres ? Comme d'habitude, je rappelle que la sorcellerie n'est pas un concours à qui mieux mieux, il n'y aura pas de bon point pour s'être moqué d'un autre pratiquant. Ici, j'ai rarement eu de gens belliqueux ou cherchant à imposer leurs idées, j'en profite donc pour remercier toutes les âmes qui passent ici et me permettent de grandir autour d'échanges constructifs. 


2 // Comment ?  


À présent, tu sais ce que tu souhaites soustraire aux yeux du monde et pourquoi, maintenant, on retrousse les manches et on aborde la question épineuse de la forme que l'on souhaite donner à notre écriture codée.  L'un des alphabets les plus utilisés est le Thébain, j'en avais parlé dans un article icipeut-être l'as-tu déjà lu ? Ci-dessus, voici un condensé (facilement trouvable sur Pinterest) où l'on trouve différents alphabets que tu peux utiliser soit tel quel, soit comme source d'inspiration. Car c'est ici que rentre en considération différents facteurs : si tu souhaites crypter du contenu pour qu'il soit très difficile au non initié de le lire, est-ce vraiment sage d'utiliser le Thébain, dont on trouve facilement l'alphabet ? Tu peux brouiller les pistes et utiliser l'Angerthas, qui nous vient de Tolkien et qui ressemble beaucoup au Futhark, ça risque de prendre un peu plus de temps aux gens pour y trouver du sens, à moins qu'ils ne te connaissent et te sachent amoureux de son univers. Dernier "détail", n'oublies pas que certains alphabets sont phonétiques, d'autres peuvent servir lettre par lettre. Si le Futhark t'intéresse, je te conseille l'excellente vidéo de Lyra Petite ponette à paillettes Ceoltoir pour l'utiliser correctement. 


Passons à une autre possibilité qui rejoint l'idée de Tolkien... Pourquoi ne pas utiliser l'alphabet du film, livre ou univers qui fait battre ton coeur ? Par exemple, si tu es un passionné de Star Wars, tu pourrais utiliser l'Aurebesh, si celui-ci te parle. * tremblement de terre chez les traditionalistes et murmures d'hérésie * Ne laisse pas les autres emmurer ta pratique et contraindre ton instinct. Si tu ne la connais pas encore, je ne peux que te recommander chaudement la chaîne de Vae Bataille, qui est une ode à la magie et à l'imagination. Le plus important dans le choix de cet alphabet, c'est que tu sois à l'aise, qu'il puisse te servir sans avoir besoin de passer une heure par caractère à tracer, ou être capable de le déchiffrer sans avoir d'antisèche. Au début, bien-sûr il y aura un moment d'apprentissage donc l'antisèche ne sera pas de trop, cependant si tu n'es pas à ton aise après un mois d'utilisation régulière, n'hésites pas à tester autre chose.

Ce qui amène une autre option : utiliser non pas un alphabet, mais une autre langue. Garde en tête le point précédent : il faut qu'il soit "facile" à utiliser pour toi, même s'il est difficile à décrypter pour les yeux non avertis. Si tu parles des langues étrangères, cela peut aussi te servir. Peut-être es-tu en France, mais que tu as grandi à Moscou, où tout le reste de ton arbre généalogique se trouve ? Je me permets donc de suggérer l'utilisation du Russe et de son alphabet cyrillique (qui en plus, est magnifique), cela sera un très bel hommage à tes racines. Tu ne quittes jamais tes bottes, ta marinière et manges des huîtres tous les dimanches matins assis sur le ponton du port ? Tu sembles tout désigné pour apprendre le breton, alors pourquoi ne pas écrire en breton dans tes cahiers magiques ! Comme le dirait Grand-mère Feuillage, écoutes ton coeur : prends du temps pour apprendre et t'approprier l'alphabet ou la langue. La fainéantise n'est jamais une bonne excuse pour éviter un projet. 

Enfin, autre possibilité : créer ton alphabet. Cela peut prendre une heure ou des années, chaque chemin est unique, c'est ce qui en fait la magie.  La culture peut te venir en aide, comme ce fut le cas pour Tolkien (oui encore lui, que veux-tu), mais ne te recroquevilles pas en te disant que tu n'en as pas assez pour créer, l'un et l'autre sont chouettes : si tu as des connaissances, elles te serviront de base; si tu te sens "ignorant", il te reste de puissants outils, l'instinct et l'imagination. Commences par... faire des lignes. Dans un premier temps concentre-toi sur les minuscules sans accents, si tu me permets ce conseil. Pour chaque lettre, laisse ta plume ou stylo glisser, danser et bouger sur le papier, au gré de ses envies. Ne cherches pas tout de suite le beau et l'incroyable, dé-construis les lettres, recomposes ou crées des blancs, fais-toi confiance. Pour te donner du courage, je te partage la superbe vidéo de Vae Bataille, où elle nous invite à mon plus grand plaisir à visiter son livre des ombres/du chaos. Si après ce visionnage, tu n'es toujours pas décidé à visiter sa chaine, je mange mon balai !

Je me suis permise une capture d'écran de sa vidéo, histoire de vous motiver encore plus


 3 // Quand et où ? 


Nous avons notre alphabet ou langue bien en tête... et maintenant ? C'est à toi de décider ! Est-ce que tu souhaites l'utiliser partout ? Le réserver pour tes ouvrages très travaillés ou l'utiliser au quotidien dans tes carnets plus simples ? Personnellement, mon alphabet me sert à crypter une partie de mon carnet personnel, il faut assembler deux choses qui parlent à mon coeur pour en trouver la clé, autant vous dire qu'il faut se lever tôt et me connaître vraiment personnellement pour les identifier. Je ne connais qu'une personne à ce jour qui en connaisse l'origine et qui a su le déchiffrer : Eryn de The Bewitching Poisoner. Même avec l'indice que je lui avais donné (elle avait le cerveau en ébullition je commençais à être inquiète), ça n'est pas des plus faciles !

Personnellement je m'en sers pour ce qui est vraiment intime ou qui touche à la part émotive et artistique de mon être, car pour ce qui est du contenu à ne pas mettre entre toutes les mains, l'organisation de mes futurs grimoires me permet de ne pas avoir trop de soucis à ce sujet, mais ça, ça sera pour un prochain article, j'espère que ce prochain sujet t'intéressera tout autant !

Est-ce que tu utilises un alphabet en sorcellerie ? Quelle en est son origine ?
N'hésite pas à échanger en commentaire,
j'y répondrais plus facilement que sur facebook ou tout autre média.

7 commentaires:

  1. Bonjour Lisbeth, alias l’auteure du manuscrit de Voynich dans une vie antérieure !

    Très sympa comme article, j’ai un peu ri quand j’ai vu que tu parlais d’écrire dans une autre langue parce que – Mode je raconte ma vie ON – en fait j’ai tendance à tout remettre en cause (que ce soit dans ma pratique ou ailleurs) et à me demander souvent la raison d’être de ce qui m’entoure. Et par ce genre de réflexions profondes dans mon esprit accidenté, je me suis demandé plusieurs fois si écrire mon grimoire et mes autres carnets en français était une bonne idée.

    Alors pas du tout dans l’idée de vouloir coder quelque chose mais plutôt au niveau du sens et de l’histoire des mots... par exemple, si j’écris dans mon grimoire que Samhain est autour du 31 octobre, ça veut dire que je considère que le mois d’octobre "existe dans ma pratique" et pourtant le découpage des mois n’a, pour moi, rien à voir avec une pratique païenne (je ne sais pas si c’est très clair, c’est l’exemple qui m’est venu en tête). Et donc j’avais pensé à créer une langue pour écrire dans mon grimoire, pour que chaque mot puisse avoir un sens lié à ma pratique. Mais bon, comme dans une langue il y a beaucoup de mots (oui) et que j’aimerais faire autre chose que de créer une langue unique que je serais le seul à comprendre, je ne suis pas allé plus loin dans ce projet.

    Et j’écris donc mon grimoire en français, avec un petit pincement au cœur quand j’y met des mots qui ne devraient pas y être. Et j’ai eu un peu la même réflexion il y a quelques temps... en fait j’aime bien écrire des histoires/romans et j’ai eu un phénomène assez similaire concernant l’utiliation de certains mots. Parce que ce que j’écris se passe dans un tout autre monde et utiliser des mots qui ont une ethymologie ou une histoire basée sur notre monde à nous reviendrait à accepter que notre monde existe dans mon livre... et ce n’est pas ce dont j’ai envie. Et comme il n’y a pas toujours de synonymes, j’avais pensé, l’espace d’un instant, à écrire ce livre dans une langue inventée. Enfin bref, je m’égare du sujet...

    Pour en revenir aux langues et au paganisme, j’ai pensé il y a pas longtemps à écrire mes incantations dites à voix haute dans une autre langue. Je ne vais pas vous mentir c’était surtout dans l’idée de se mettre dans le mood witchy �� tout comme j’utilise des alphabets pour coder des choses écrites seulement dans un but esthétique ! J’ai pensé au gaélique écossais, mais bon, je n’ai pas creusé plus loin... (et le gaélique c’est sympa mais je n’ai qu’une seule langue dans ma bouche donc je vais avoir un peu de mal à le parler...)

    Je me rend compte que j’écris beaucoup �� bonne soirée ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aloooooors ! J'ai ENFIN trouvé ce que je cherchais ! Ton cas me fait penser aux Inuits. Oui je sais comme ça c'est pas évident, MAIS : le savais-tu, que les inuits ont plus de 10 mots pour désigner la neige là où nous n'en avons qu'un ?

      C'est à ce moment là qu'arrive l'imagination, la connaissance ou les deux biens secoués dans un shaker a margarita : tu peux créer tes mots, à rajouter dans la langue française. Qu'est-ce qui t'en empêche ? J'adore par exemple le principe des "one word spell" :

      Vellunedom: To make a week fly by (Taken from the words veloce, lunedi, and domenica)

      Amiqui: To attract new friends (Taken from the words amici and qui)

      Posiflo: To send positive energy to someone (take from the words positive and flow)

      Dolono: To ease pain (taken from the words dolore and no)

      Famicco: To attract a familiar (taken from the words familiar and ecco)

      La plus part du temps on y mélange anglais et latin mais toi tu peux utiliser les ingrédients que tu veux !

      Et si jamais tu fais ça, n'hésite pas à partager ici ça serait super chouette! <3

      Supprimer
  2. je viens de lire ton article et aussi celui que tu proposes sur l’alphabet thébain que je ne connaissais pas du tout.

    je suis très heureuse car ton travail m’apporte beaucoup de connaissances et de théorie tangible sur le sujet... ce qui est un peu ma lacune à moi !!!

    j’ai carrément engloutit la vidéo de Lyra sur l’utilisation des runes comme alphabet il y a environs quelques semaines.

    c’est une youtubeuse que j’adore et que je n’ai pas encore eu la chance de lui parler. j’espère un jour pouvoir échanger ! ��

    merci pour ton beau travail pertinent et de qualité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu le penchant inverse au tiens, en commençant : j'ai dévoré les livres et amassé des connaissances, au détriment de mon instinct et de mon imagination qui ne demandait pourtant qu'à s'épanouir. Donc c'est un bon échange disons, je suis heureuse de savoir que mon expérience t'aide autant que la tienne le fait pour moi.

      Lyra est une bonne amie, elle n'est plus beaucoup sur internet, à part Instagram, c'est le meilleur point d'accès si tu souhaites lui parler 😉 Elle est adorable !

      Merci pour ton joli message 🎃✨

      Supprimer
  3. Andreya Tsepesh23 août 2018 à 09:29

    Rebonjour Lisbeth,

    Deux commentaires dans la même journée (et donc le bonheur de lire deux de tes articles la même journée également...Bonheur!).

    Bravo pour cet article qui m'a énormément intéressé. Je réfléchissais sur ce sujet il y a quelques temps, vu que je pense commencer mon grimoire et que j'aimerais coder certaines choses dans mon journal de pratique mais je n'arrivais pas vraiment à savoir comment faire.
    Certes, il y a les alphabets déjà existants mais peu me parlent (j'aime l'esthétique du thébain mais c'est vrai qu'il est facilement trouvable désormais!).

    J'ai donc pensé à en créer un mais sans succès (je manque vraiment de créativité, c'est affligeant ;p !!!).
    Du coup, je rejoins ton idée d'utiliser mes racines et d'inclure une autre langue, celle de mes origines (slave), dont j'ai envie de me rapprocher de plus en plus ces derniers mois.
    Malheureusement, mes ascendants du premiers degré ne la parlent pas et ceux du second degré ne sont plus de ce monde pour me l'enseigner. Je vais donc essayer de travailler cela par moi-même quitte à n'écrire que certains mots afin d'être sûre de ne pas faire de faute de grammaire, syntaxe ou conjugaison...

    Je vais aller voir la chaîne Youtube de Vae Bataille car je fais toujours de belles découvertes avec les liens que tu proposes.
    Merci beaucoup pour cet article et hâte de lire le prochain...

    Belle fin de journée à toi chère Lisbeth.

    Andreya

    RépondreSupprimer
  4. Ouiiiiiiiii ! Tu es de retour !!! Pour nous jouer un mauvais t... Oups ! Nope , mauvaise référence "^^

    Je réfléchis de temps en temps à crypter certaines choses, mais j'avoue que je suis vite atteinte de flemmingite aiguë... Plus sérieusement, comme mon Grimoire est mon livre de tambouille magique, quand j'écris quelque chose dedans c'est que je sais que c'est parce que je vais en avoir besoin et je ne suis pas sûre d'avoir envie de passer du temps à redéchiffrer ce que j'ai écrit. Bon, je me dis aussi qu'à force de pratiquer, la lecture me sera certainement plus naturelle. Sur le sujet du cryptage, je suis en pleine discussion avec moi-même (nous sommes d'ailleurs rarement d'accord xD) tout comme je suis en pleine réflexion sur ce que le Grimoire représente pour moi et sur celui que je veux créer. Vais-je vouloir le léguer ou non ? Si oui, pourquoi et quoi crypter ? Si non, yolo cryptons tout !

    Crypter ce que j'écris dans la vie de tous les jours me plait bien, vu que j'écris TOUT LE TEMPS et PARTOUT. Et j'aime pas qu'on puisse lire pardessus mon épaule. Huuuum, tu m'as donné matière à réfléchir un bon moment, merci beaucoup <3

    Des bisous !

    RépondreSupprimer
  5. Pour ma part, j’ai créé mon alphabet dont je me sers souvent! Il m’apporte de très bons résultats... normal puisque totalement chargé de ma propre énergie et volonté! Quelque chose que l’on crée soi-même aura toujours davantage d’impact qu’autre chose! ��

    RépondreSupprimer