La loi du triple retour

juin 28, 2017 Lisbeth Nemandi 5 Comments



Titre original : The Craft • Titre québécois : Magie Noire
DATE DE SORTIE : Juillet 1996 • RÉALISATEUR : Andrew Fleming
ACTEURS : Fairuza Balk, Robin Tunney, Rachel True, Nev Campbell
NATIONALITÉ : Américain • GENRE : Fantastique

" - Faites gaffe aux barjos, les filles.
- Les barjos, c'est nous monsieur ! "



L'histoire
Nancy, Bonnie et Rochelle sont trois étudiantes en marge du reste des élèves, éprises d'ésotérisme qui pratiquent la magie. Les autres étudiants les considèrent comme des folles et des sorcières. Lorsque Sarah emménage, avec ses parents, dans une petite ville des États-Unis, elle ne sait pas encore qu'elle se fera très vite des amis. À peine met-elle les pieds dans son nouveau lycée que Chris, un garçon de sa classe, l'invite à sortir avec lui. Mais qu'elle n'est pas sa déception lorsqu'elle se rend compte, dès le lendemain matin, que le jeune homme s'est vanté partout d'avoir passé la nuit avec elle... 

Peu après, Sarah rencontre Nancy, Bonnie et Rochelle, qui réalisent rapidement que Sarah a des dons exceptionnels. Les quatre jeunes femmes vont former un cercle parfait et complémentaire, capable d'invoquer les plus puissants esprits et transformer leurs rêves en réalité, usant de la magie pour résoudre leurs problèmes de coeur, leurs soucis et les conflits avec leurs proches. Mais les pouvoirs ont toujours leurs revers pour qui les manipule sans précaution. C'est ce que vont découvrir les jeunes apprenties sorcières...


L'avis de la Sorcière

Note : •••••••••
J'vous jure j'ai luté pour ne pas mettre 10/10, parce que si je commence comme ça et que je découvre le film de ma vie de sorcière, je ne pourrais pas lui mettre la note du top top top. Donc j'ai mis 9, mais je vous jure j'ai luté. Ce n'est pas bien de jurer, je sais... 

J'apprécie ce film pour plusieurs raisons, qui en font un super film de sorcellerie. Premièrement il nous vient des années 90, une superbe période d'engouement pour la magie, qui nous a offert de superbes films, séries et livres. Le film a réussi à capter de façon intentionnelle ou non une facette de cette période. 

Ensuite, on a tous été adolescents, on s'est tous senti différents et un peu mal dans notre peau. On a tous eu besoin d'appartenir à un clan, de ne plus se sentir différents dans le sens rejeté, mais différents dans le sens cool et unique. Je me revois au lycée catholique, habillée en punk avec ma petite amie de l'époque au bras, autant vous dire que ça frisait la crise d'épilepsie en éducation religieuse. C'est une période ingrate, de questionnement, de poisse épaisse mélo-dramatique, personnellement j'ai eu l'impression de me faire rouler dessus par un char d'assaut, deux ou trois fois de suite. Et même si aujourd'hui je suis une personne bien dans sa peau, épanouie et presque sans peurs, j'ai encore une petite part ado en moi qui voudrais avoir reçu une lettre de Poudlard à mes 11 ans, avoir un destin hors norme et tout ce qui va avec. Autant vous dire que nos quatre comparses, on s'identifie à elles et elles nous touchent. 

Je suis tombée amoureuse de la boutique et de la vendeuse où elles achètent leur matériel.

Le caractère informatif du film pour les vrais pratiquants est intéressant aussi, personnellement je n'utilise pas la magie - ou du moins je n'en ai pas l'impression - à des fins uniquement personnelles ou dans le but de faire du mal à quelqu'un, sauf si c'est vraiment mon dernier recours. La magie s'utilise avec respect et un minimum de réflexion. Bon quand on est petits et qu'on pratique on le fait de façon instinctive et on n'a pas encore toutes les cartes en mains donc je mets cette partie de la pratique de coté. 

Je pratique la sorcellerie en solitaire parce que je ne veux aucune interférence dans ma pratique, qui plus est cette dernière est très hybride. Et même si c'est fantastique et électrisant de pratiquer en groupe, je serais vraiment triste qu'il y ai des frictions entre moi et mon coven ou un membre de mon coven. Pour avoir déjà entendu des chamailleries plus ou moins fondées dans des covens qui ont fini par éclater, et les gens en ont été réellement blessés. 

Petit bonus, l'une des chansons du film devrait donner des frissons à plus d'un lorsque vous l'entendrez !

L'avez-vous vu ? Est-ce que vous avez envie de le voir ? 
Un conseil de prochain film ?



5 commentaires:

Découvrir la sorcellerie
L'Almanach des Sorcières

juin 24, 2017 Lisbeth Nemandi 2 Comments


Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour aujourd'hui avec grand plaisir pour vous parler des livres qui m'ont accompagnés dans la découverte du monde de la Sorcellerie, ceux qui m'ont permis d'être l'affreuse tambouille païenne que je suis. Juste avant de commencer, pardonnez-moi un léger retard sur cet article, entre le Hellfest, Litha et la nouvelle lune (elle et moi avions quelques petites choses à faire ensemble pour améliorer une situation) je n'ai pas eu beaucoup de temps pour avancer ici!

Suite à une discussion avec ma charmante Capitaine Matanor, amie et compagne de cale de bateau d'exception, je me suis rendue compte que si on ne sait pas trop où commencer et que l'on n'a pas non plus des journées de 34h, hé bien ça peut être un peu difficile de savoir par quoi commencer, surtout qu'à l'heure d'internet, on peut lire tout et son contraire. Et c'est normal. Comme je le répète tel un perroquet tombé dans le baril de rhum, chacun peut vivre sa spiritualité à sa façon.

Cependant, on peut quand même se serrer les coudes et se filer quelques noms de livres ! Voici donc le premier, d'une série composée de 5 livres qui me semblent tout à fait appropriés lorsqu'on débute, ou encore lorsqu'on a envie d'enrichir un peu sa bibliothèque par des livres qui nourrissent aussi notre part spirituelle ! Je vous présente... L'Almanach des Sorcières !



• Parlons technique

📓 : Almanach des Sorcières
👥 : Rae Avy & B. Opakiona
🗓 : Paru en Nov. 2016
💬 : Français
🏠 : Éditions Contre-Dires
💸 : 26.00€

• Parlons tout court (et vous me savez bavarde)

Ce n'est pas celui que j'ai acheté en premier, pour tout vous dire, mais vraiment, c'est ce que j'aurais du faire ! Déjà, c'est un beau livre, je suis du genre à sniffer les pages, regarder le grammage du papier, regarder s'il y a des gaufrages ou un vernis sélectif, névrosée je vous dis. Il n'est pas extraordinaire (pour ce qui est du format et de la finition), mais il est robuste et rempli d'informations qui vous plairont j'en suis sûre.

Son plus gros point fort ? Écrit par deux françaises sorcières et pratiquantes, une mère (B. Opakiona) et sa fille (Avy Raé). On ne rigole plus là ! Opakiona Blackwood est née en 1961 d'une mère berrichonne à demi-sorcière et d'un père 100% gitan. C'est dans les bastions militaires construits à la Porte d'Ivry, où évoluaient Gitans, Manouches et Kabyles, qu'elle a passé son enfance, aux côtés des "anciennes", qui lui enseignèrent toutes leurs connaissances de cette sagesse ancestrale.  Elle transmit à son tour ce savoir et ces dons à sa fille Avy Raé, née en 1991, qui, après avoir remis en question cet héritage, administre un site internet autour de la magie pour partager cet art qui l'anime au quotidien. (Cette présentation est reprise de leur livre, car elle dit tout ce qu'il y a à savoir !)

( En direct avec Floki mon assistant mignon depuis mon balcon
où toute forme de vie est décédée à cause de la canicule et de mon absence pour le Hellfest...) 


Vous y retrouverez l'essentiel des informations pour ne manquer aucune des cérémonies importantes d'une année sorcière : sabbats, esbats, baptême, mariage, consécration d'outils, préparation des bougies cérémonielles, purification d'espace, réalisation de talismans... Cet almanach perpétuel, né de leur envie de réunir dans un même ouvrage leur patrimoine familial enrichi du fruit de longues recherches sur les pratiques actuelles, vous livre des explications claires et passionnantes, partageant les secrets des rituels qui défilent tout au long de l'année, en lien avec la nature qui nous entoure, au rythme des sabbats, des esbats et des saisons, pour vivre au mieux et donner à chacun toutes ses chances, sous le signe de la magie.

C'est vraiment un ouvrage complet, que l'on sache où l'on va ou non. On se sent attiré par les runes mais on a peur d'investir et finalement d'être non réceptif? Il y a une introduction assez détaillée aux runes. On se sent proche de la lune mais on ne saisit pas toutes ses nuances? Il y a une page par grande phase de la lune ainsi que dans les catégories mensuelles des détails des lunes du moment. On cherche à fêter pour la première fois les sabbats? On peut s'inspirer des dossiers assez complets sur chacun. On a pas trop de sous mais envie de pratiquer? La sorcière astucieuse trouvera pleins d'activités à faire pour pratiquer sans se ruiner.



Ses gros points forts : 
- Perpétuel, donc une fois qu'on l'a lu, on peut le relire encore et encore
- Très riche et détaillé
- Mise en page soignée
- Adapté à la pratique solitaire, en duo ou plus
- Des schémas explicatifs, sérieusement quand on est aussi visuel que moi ça sauve un rituel
Ses petits points faibles : 
- Il m'a semblé voir trainer une ou deux coquilles
- Je me suis un peu emmêlée une fois en suivant la fiche récapitulative d'un rituel à laquelle il manquait une bougie 




J'espère que cet ouvrage vous plaira, en attendant les suivants ! 

2 commentaires:

Marjorie Cameron & John W. Parsons

juin 13, 2017 Lisbeth Nemandi 2 Comments


• Parlons technique

📓 : Songs for the Witch Woman
👥 : Marjorie Cameron & John W. Parsons
🗓 : Écrit en 1952
💬 : Anglais seulement
🏠 : Éditions Fulgur
💸 : £40.00

• Parlons tout court (et vous me savez bavarde)

J'ai envie de vous parler de ce curieux ouvrage aujourd'hui. Curieux parce que d'une c'est de la poésie et de l'illustration. Et qu'ensuite ce n'est pas forcément un livre que j'aurais acheté si je n'étais pas dotée d'une curiosité aussi féroce que mon appétit (ne tentez jamais de piquer quelque chose dans mon assiette, jamais). Ce n'est pas une période qui m'attire énormément les années cinquante concernant la magie, car bien que ça soit une période de renouveau, c'est aussi toute une période qui me semble de grand n'importe quoi, ou du moins un tourbillon d'influences qui ne me ressemblent pas. La magie du sexe et du sang à gogo saupoudrée d'un enthousiasme non contrôlé frôlant la démence, ça reste un avis personnel, mais très peu pour moi. À part dans cet article et de façon sinon ponctuelle vous aurez peu d'occasion de trouver des informations sur ces aspects de la magie ici. 

Mais alors, me direz-vous, pourquoi acheter ce livre ? Comme si ma banquière n'en avait pas marre de mes dépenses... Hé bien déjà parce que c'est de la poésie, parce que c'est une histoire d'amour invraisemblable comme on en fait peu (attention, je ne veux jamais en vivre une comme ça, vous comprendrez après pourquoi), que j'aime l'art, la peinture et l'illustration, et que c'est une partie de l'histoire de la magie que je ne connais pas trop. Hé, finalement ça ne semble plus si impulsif comme achat fait à 3h du matin, non ?

De gauche à droite : représentation de Parsons par Cameron - Photo du couple - représentation de Cameron par elle-même

Il y a peu d'histoires d'amour modernes aussi passionnantes et poignantes que la relation entre le spécialiste en fusée (rocket scientist) Jack Parsons et sa créative compagne, Marjorie Cameron. À la fois muse, apprentie du monde de l'occulte et force primitive de la nature - une femme que Jack Parsons proclamait comme son «élémentaire» dans une lettre à Aleister Crowley - Cameron a fasciné, troublé et inspiré Parsons. 

"Songs for the Witch Woman" est un projet issu de cette histoire d'amour turbulente. Une série de poèmes écrits par Parsons qui y révèle ses sentiments envers son amante souvent absente. À côté de ces mots se trouvent des peintures de Cameron, illustrant et faisant écho aux thèmes intimes. Après la mort tragique de Parsons en juin 1952, le cahier dans lequel ce travail a été enregistré se poursuit, alors que Cameron, endeuillée, conserve un journal de son travail magique à Lamb Canyon, en Californie. 

Durant ces temps sombres, ses paroles deviennent une lamentation brutale alors qu'elle tente de prendre contact avec son ange gardien. Et tout au long du travail, le souvenir de Jack n'est jamais loin de son esprit. Publié plus de soixante ans après son écriture, "Songs for the Witch Woman" est un témoignage du pouvoir durable de l'amour et de la perte.


Le livre est composé de trois parties : une expliquant le contexte et leur histoire, une mise en page avec les poèmes (de façon plus lisible disons) et dessins légèrement retravaillés, et la troisième montre le carnet d'origine. Une véritable immersion dans ces années et cette histoire d'amour !

J'ai été un peu surprise en le recevant de la taille qu'il faisait : 30.5cm x 24cm, soit assez grand. Mais bon c'était marqué sur le site donc je ne pouvais pas faire la surprise non plus... Au final ça fait la part belle à l'image, et on se sent un peu petit, se plongeant discrètement dans cette histoire d'amour qui sent le tumulte et l'indécent. C'est un peu comme lire un Voici ésotérique des années cinquante, mais écrit sous forme de poésie.
Très bel ouvrage donc, et fenêtre intéressante sur cet univers qui m'est assez inconnu. Je ferais peut-être un article sur Marjorie Cameron et Jack Parsons, pour vous faire découvrir les personnages plus en détail, est-ce que ça vous tente?


En espérant vous avoir donné envie de découvrir ce curieux ouvrage !

2 commentaires:

Composer un autel

juin 03, 2017 Lisbeth Nemandi 0 Comments


Ce que j'apprécie par-dessus tout avec le paganisme et la sorcellerie, c'est le fait qu'il n'y ai aucune règle gravée dans le marbre façon 10 commandements. Bon il y a toujours des sorciers qui diront "Ooouuh moi je n'aurais pas fait comme ça", ajouter un petit regard bien moralisateur sur cette phrase.


C'est pour ça que je vais vous donner la clé pour faire l'autel qui vous convient : faites comme bon vous semble ! Ha bah merci on est bien avancé Lisbeth. Mais en réalité c'est le meilleur conseil que je puisse vous donner en général. Si vous faites les choses avec coeur, en faisant le bien autant que faire se peut, et en cherchant à créer un lien honnête entre la magie, vous, la/les divinité(s) ou le/les élément(s) qui vous parlent, c'est le plus important. Nous ne sommes pas Wiccans, Païens ou autre pour des likes sur Instagram ou pour attirer l'attention sur nous. Bien-sûr, avoir un oeil esthétique et vouloir partager avec d'autres personnes sur les réseaux n'est pas mal (de toute façon, le bien et le mal sont des notions qui varient d'une personne à l'autre... Et puis au final, doit-on vraiment chercher à définir tout selon le bien et le mal? Vous avez quatre heures). Si l'on se réfère à ce que certains appellent la sorcellerie traditionnelle, il existe trois types d'autel de base :

  • Celui qui est dédié aux pouvoirs des forces élémentales 
  • Celui qui est dédié aux pouvoirs d’un esprit ou de plusieurs 
  • Celui qui combine les deux énumérés ci-dessus

Sans vous dire quoi faire, il est toujours possible de partager des idées, ou même des constats. C'est donc ce que je vais faire ici avec vous ! De toute façon, vous verrez au fur et à mesure de votre pratique, votre (ou vos) autel évoluera, et il peut aussi changer en fonction des occasions, les esbats et sabbats et autres célébrations par exemple. Voici donc quelques idées pourront vous aider lorsque vous débutez.

Je ferai peut être un article aussi par la suite concernant le nettoyage de l'autel si ça vous intéresse.

Les éléments de l'autel

Premier conseil, ne vous précipitez pas dans les magasins ou sur les boutiques qu'on trouve sur internet. C'est le meilleur moyen de recevoir un coup de fil de sa banque et d'avoir une quantité d'objets qui finalement ne nous parlent plus, ou qui ne nous conviennent pas ! Que vous soyez très manuels ou pas, c'est le moment de bidouiller un peu, ou glaner des éléments à droite à gauche. Baladez-vous dans des lieux qui vous parlent, dans des vides greniers etc. ça vous permettra déjà de ne pas dépenser trop mais aussi de vous concentrer sur ce qui compte le plus : vos intentions au moment de monter votre autel. Par exemple, personnellement l'athamé n'est pas quelque chose que j'aime utiliser, je trouve la baguette plus "polie". Par contre ma bolline ne me quitte jamais et c'est l'un de mes objets magiques favoris, ainsi que mon balai.  Pas sur l'autel certes, mais vous avez compris hein.

Les couleurs

Les couleurs transmettent des messages, des intentions, aussi bien dans la vie que dans les rituels. La couleur de vos bougies, de la nappe de l'autel, de vos pierres, fleurs et autres objets peuvent apporter du sens à la construction de votre autel en fonction de votre "but". Après ne soyez pas non plus obsédé par une couleur : si vous voulez ajouter quelque chose sur votre autel qui fait sens au niveau symbolique ou action (par exemple une pierre) mais qu'elle n'a pas LA couleur que vous vouliez sur l'autel, respirez un coup, et posez la pierre qui vous appelle sur votre autel, tout va bien se passer, la terre ne va pas s'ouvrir et vous engloutir, quoi que :)

Note : en fonction des pays les significations sont susceptibles de varier, mais voici les associations de couleurs que j'ai trouvées en me basant sur la sorcellerie occidentale moderne des pays anglophones (différentes de la magie folklorique) :

  • Noir : bannissement, éloigne l’énergie malfaisante, vengeance, renversement de sortilèges. 
  • Bleu : communication, télépathie, concentration, guérison, sagesse. 
  • Brun : procès, contrats, affaires légales. 
  • Or : le soleil, l’énergie masculine, abondance, bonheur, bonheur de la famille et succès. 
  • Vert : abondance, prospérité, bonne fortune, succès, évolution, activités financières. 
  • Orange : nettoyage, guérison, fertilité, abondance. 
  • Rose : affection, famille, amour et générosité. 
  • Mauve/Violet : énergie spirituelle, guérison, habiletés psychiques avancées, paix et calme. 
  • Rouge : amour, vitalité, force. 
  • Argent : la lune, l’énergie féminine, abondance. 
  • Blanc : protection, guérison, exorcisme et paix. 
  • Jaune : connaissance, étude et concentration.

Les autels à thème

Je vous propose ici deux exemple dénichés sur internet : un autel dédié à Imbolc (celui aux bougies blanches) et un autel dédié à l'élément Eau fait par une Sea Witch. Mais vous avez tout un tas de "thèmes" possibles. Peut-être voulez-vous installer un autel dédié à une ou plusieurs divinités qui vous touchent et à qui vous avez envie de communiquer votre respect ou faire un offrande? Ou voulez-vous adresser un message aux personnes qui vous sont chères, mais qui vous ont quitté? Est ce que c'est un moment particulier de l'année et vous voulez le célébrer? 

Source : Tumblr

Les autels "vivants"

Herbwichery (que je vous conseille de suivre!) fait de magnifiques autels qu'elle partage pour notre plus grand plaisir ! Ce que j'appelle autel vivant, c'est un autel où il y aura quelques éléments qui sont présents de façon quasi constante, avec une partie qui évolue en fonction des floraisons, des célébrations, des travaux etc. On le reconnaitra au fil du temps pour les éléments constants, mais à la façon d'un individu il évoluera :) La caractéristique principale de ce que j'appelle l'autel vivant c'est son aspect très végétal, fleurit. Ils sont aussi parfois considérés comme un peu chargés, mais ça c'est à vous de voir ! :p 

Source : Herbwichery

Les autels de voyage

Ou comment aussi planquer un peu son autel quand on vit avec des gens pas forcément réceptifs à cet aspect de notre vie. J'adore ce concept car ça permet aussi de réfléchir à ce qui est vraiment important pour nous, quels sont les éléments vraiment décisifs dans notre pratique. Certains ont tenté de trimballer tout leur autel au quotidien, ils ont eu des problèmes. Plus sérieusement, ça va être un concept intéressant car il va vous falloir un petit travail personnel, une petite introspection magique. Quelle boite/contenant choisir ? Un faux livre pour le balader avec soi partout ? Une boite à allumette pour être sûr de la glisser partout ? Une boite en métal ? En bois ? Comme pour le reste, vos éléments magiques vont vous "appeler", laissez votre instinct vous guider, ne cherchez pas à tout intellectualisé. Après tout nous sommes reliés aux énergies et éléments, si on sait taire le mental, tout ce joyeux petit monde nous glissera des indices ici et là ;)

Et quand on n'a vraiment pas les moyens, mais qu'on n'est pas à court d'idée, on peut aussi dans son grimoire/Livre des ombres dessiner son autel comme ici, on peut aussi faire un collage en découpant différents éléments chinés sur internet et imprimés, par exemple. 


Source : Tumblr

Bien sûr, ceci n'est pas une liste exhaustive des infinies possibilités qu'offre l'autel, mais quand on commence par exemple, ça permettra peut-être à certains d'avoir quelques idées, ou même quand tout simplement on a envie de changement ! Et n'hésitez pas à me taguer sur Instagram  (parce qu'Instagram ce n'est pas qu'une plateforme qui rend les gens tristes et superficiels, c'est aussi un moyen incroyable de faire des découvertes et d'échanger!) si cet article vous a donné un coup de pouce :) Je serai ravie de voir vos photos !



0 commentaires: