Etudes des écritures magiques I
Alphabet thébain

mai 03, 2017 Lisbeth Nemandi 0 Comments



______Aujourd'hui je me lance dans un gros projet, qui est de retranscrire ici certaines de mes recherches concernant les alphabets dits magiques et leurs possibles origines. Je me dis d'une part que ça en intéressera peut-être certains, d'autre part qu'en cas d'erreur de ma part, je pourrais me coucher moins bête ;) Je ne prétend pas détenir aucune vérité sacrée et immuable, donc n'hésitez pas à faire des commentaires. 


[FR] Alphabet thébain
[EN] Theban Alphabet



______Alphabet apparu au XVI siècle pour la première fois, c'est un système d'écriture dont les origines ne sont pas clairement tracées, certains ont émis l'hypothèse qu'il soit originaire de Thèbes, mais je n'ai trouvé que des sources un peu douteuses concernant cette information, donc je ne la mets ici qu'à titre informatif. Le plus ancien document écrit faisant mention de cet alphabet nous vient de la Polygraphie de Trithemius (j'ai trouvé deux dates pour cet ouvrage, 1518 et 1510 alors qui a raison ou pas, je n'étais pas présente pour en savoir plus). Pour information, Johannes Trithemius était un abbé bénédictin allemand célèbre pour ses découvertes en cryptologie, ses chroniques, mais aussi pour son attrait pour l'ésotérique. Il a été membre pendant ses études d'une confrérie celtique (Sodialitas celtica) mais suite à une tempête il se réfugie dans une abbaye et décide d'y rester. Il est fasciné par l'écriture et est très très productif : il écrit des ouvrages de théologie et des ouvrages historiques sur les membres éminents de son ordre, tout en se passionnant pour l'astrologie, la magie et les sciences hermétiques.

______Étant donné qu'à l'époque les recherches sur la magie et l'ésotérisme, ça ne devait pas être très bien vu, ce cher Johannes se penche un peu plus sur la stéganographie (l'art de la dissimulation tiens tiens..). Sauf que cela attire un peu l'oeil sur ses réalisations, surtout ses signes étranges et certains lui demandent des comptes, l'accusant d'écrire un grimoire. Hélas, lors d'une de ses visites à un comte palatin du Rhin, ses moines qui en ont ras la casquette d'être pris pour des larbins saisissent l'occasion pour brûler l'ensemble de ses ouvrages contenant les symboles qu'ils prennent pour de la magie.

______Comme ça ne sent pas le retour dans la joie, il décide de ne pas retourner au monastère, accepte l'offre d'un évêque (dont j'ai oublié le nom si jamais quelqu'un possède l'information) et devient abbé dans l'abbaye Saint-Jacques de Würzburgoù il mourra (j'ai raconté un peu de la fin de l'histoire, mais vous vous en doutiez qu'il allait mourir au bout d'un moment non ?). Il reprend ses travaux sur l'ésotérisme, mais avec un peu plus de prudence, curieusement. D'après quelques sources j'ai cru comprendre qu'il avait transmis aussi son savoir à quelques-uns. Il semblerait qu'il ait délaissé sa stéganographie pour rédiger Polygraphie, l'ayant pensé comme une sorte de suite ou le concentré de ses recherches. Il a un savoir immense, mais son appétit pour les mystères et le fantastique déconcerte : d'un côté, il est l'auteur d'ouvrages de piété, de théologie et d'histoire religieuse (ce qui l'a sans doute empêché de finir brûlé à l'époque ou autre, soyons clairs...), et, d'un autre côté, sa Stéganographie et ses autres ouvrages hermétiques lui donnent une réputation de magicien.

______Il a réussi tout de même à écrire trois volumes de Steganographia (Stéganographie), où il semblerait (car je ne les ai pas lus hein) possible de trouver de fortes inspirations kabbalistes. Il y donne notamment des indications pour contacter les esprits sur de longues distances. Son troisième livre de la trilogie est le plus axé sur la magie, et surtout sur les anges, la façon de communiquer avec eux par exemple. Bien évidemment, il a crypté le plus gros du contenu... Je vous en mets ici une partie pour les joyeux lurons qui auraient envie de se faire mal au crâne :

______Première clef : "le changement des voyelles avec les consonnes dans certains mots : A = b, E =c, etc/, de sorte que "Trdthcmc" = "Trithème". Deuxième clef : le premier mot et le dernier du message ne comptent pas, seuls interviennent les mots pairs, et dans chaque mot ne jouent que les lettres paires ; ainsi, le message "aceo atsrhiqt psalr chaetmce ulgp" devient "atsrhiqt psalr chaetmce", puis "atsrhiqt chaetmce", enfin "Tritheme"


______Comme dit plus haut, il semblerait que notre cher ami ai pris quelques disciples, et on retrouve des traces de l'Alphabet thébain chez Heinrich Cornelius, un de ses élèves, qui l'a inclus dans son ouvrage La Philosophie de l'Occulte - De Occulta Philosophia.

______L'alphabet Theban est aussi parfois appelé Runes (bien qu'il ne soit en rien de runique) d'Honorius du nom d'un mage appelé Honorius, il semblerait qu'il y ait une histoire de livre assermenté de Honorius, un grimoire médiéval sans doute écrit par Honorius de Thèbes, mais à ce jour rien n'est sûr. Quoi qu’il en soit, le livre est un concentré d’invocations visant à faire apparaitre des anges autant que des démons. Selon l’auteur, ils pourraient apporter à l’homme des connaissances inespérées sur le monde qui l’entoure. L'alphabet a été semble-t-il rapidement adopté par les Wicca et les adeptes de la magie moderne (on estime son départ dans les années soixante si je ne dis pas de bêtises), avec le temps les lettres manquantes J, U et W furent ajoutées et la stéganographie Theban est considérée comme un excellent moyen de cacher aux yeux des non avertis le contenu des grimoires et livres des ombres.

______À la base je ne voulais écrire que quelques lignes, je crois qu'on peut appeler ça un échec. En espérant que ça vous passionnera autant que moi et que ça vous fera peut-être apprendre une ou deux choses au passage ! Je souhaitai faire l'étude de plusieurs alphabets si ça vous intéresse que je continue :)

Lisbeth 🌱

0 commentaires: